Galerie Antoine Laurentin

Galerie Antoine Laurentin
Galerie Antoine Laurentin
Galerie Antoine Laurentin
Galerie Antoine Laurentin

Galerie Antoine Laurentin

Antoine Laurentin exerce la profession de galeriste depuis 1991. La galerie à Paris située au 23 quai voltaire, a donné naissance en 2013 à un deuxième espace rue Ernest Allard dans le quartier du Sablon à Bruxelles.

Antoine Laurentin exerce la profession de galeriste depuis 1991. La galerie à Paris située au 23 quai voltaire, a donné naissance en 2013 à un deuxième espace rue Ernest Allard dans le quartier du Sablon à Bruxelles.

Depuis son ouverture, la galerie Laurentin a toujours mis en parallèle des expositions d’art moderne avec la présentation d’artistes contemporains. La participation à d’importantes foires, telles TEAFAF à Maastricht, La Biennale des Antiquaires et le Salon du Dessin à Paris, a donné une visibilité internationale à la galerie.

La galerie à Bruxelles présente essentiellement des artistes belges. L’activité belge prend le relais de la galerie parisienne dont la superficie plus petite ne permettait plus la valorisation optimale de solo show de grande envergure.

Issu d’une famille de collectionneurs, Antoine Laurentin appartenait au monde des amateurs bien avant de transformer sa passion en métier. Spécialisé dans les dessins, peintures et sculptures de la fin du XIXème siècle au milieu du XXème siècle, soit des Nabis aux abstraits des années 50, il ouvre en 1991 une galerie rue Sainte-Anne puis s’installe en 2004 au 23 quai Voltaire soit en plein coeur du Carré Rive Gauche.

Les expositions monographiques d’artistes de renommée internationale qu’il organise tels Gaston Chaissac, Aurélie Nemours, Pol Bury, Alfred Reth sont alternées avec celles d’artistes moins connus ou injustement oubliés tels Youla Chapoval. Les catalogues publiés à cette occasion sont devenus de véritables références.

Après la publication du Catalogue raisonné des peintures de Ferdinand du Puigaudeau (1864 – 1930), Antoine Laurentin prépare un second volume sur cet artiste, ainsi qu’un catalogue raisonné des oeuvres de Jean-Charles-Joseph Rémond (1795 – 1875) et de Henri Gabriel Ibels, le nabi journaliste.